En juin 2006, j'avais vu sur la partie historique du site du REF-union une photo, prise à Paris le 22 mai 1927 lors de son premier congrès au palais d'Orléans, d'un groupe de radioamateurs français. Je recherchais une photo de Léon Deloy qui participa à la première liaison transatlantique bilatérale sur OC . Je tombe sur la photo suivante que le service historique du REF-union m'a autorisé à reproduire. Il suffit de cliquer dessus pour l'agrandir dans une nouvelle page. Par parenthèse, Léon Deloy est sur cette photo, c'est l'OM qui pose sa main sur le drapeau. Mais ce n'est pas de lui dont je vais parler.

Photo du 1er congrès du REF tenu le 22 mai 1927 au palais d'Orléans. Source: Service historique du REF-union avec son aimable autorisation.


Le 22 mai 1927, cela ne vous dit-il rien ? Mais oui, mais c'est bien sûr, c'est le jour où Charles Lindbergh a atterri au Bourget au nord de Paris, sain et sauf de sa première traversée de l'Atlantique. Y a-t-il un lien entre ces deux événements ? La réponse est oui sinon ce billet n'existerait pas.

En 2006 j'étais aussi régulièrement en contact par e-mail au sujet d'antennes avec un radioamateur américain très connu, L.B. Cebik alias W4RNL, malheureusement décédé en 2008 et grand spécialiste des antennes. Quelques jours après ma découverte de la photo du REF, je lis sur son site un billet concernant son père avec le texte suivant:

That night, my father, Jim Cebik, KA1TXF, #53363, was operating under the call 1ATG from Fairfield CT (he now lives a few miles away in Stratford). For international contacts, he added the informally agreed upon prefix NU. He was in contact with 8AKL, that is, F8AKL (the "F" was also informal then) in the Paris area. The wavelength was 42 meters with minimum QRM and no QRN. The French operator sends QRX, please wait. He steps outside his shack to investigate a noise overhead. He returns to the air with the report that Lindbergh has passed overhead on his way to Le Bourget airport. Jim is quite possibly the first American on this side of the Atlantic to know that Lindbergh has made it.

Je vous traduis:

Cette nuit-là, mon père, Jim Cebik, KA1TXF, n° 53363, trafiquait sous l'indicatif 1ATG depuis Fairfield - Connecticut (il habite maintenant à quelques miles de là à Stratford). Pour les contacts internationaux, il ajoutait le préfixe NU accepté usuellement. Il était en contact avec 8AKL, c'est-à-dire F8AKL (Le F était alors tout aussi informel) en région parisienne. La longueur d'onde était de 42m avec un QRM minimum et pas de QRN. L'opérateur français lui lance QRX, attendez un instant SVP. Il saute hors de son antre pour scruter un bruit au-dessus de sa tête. Il revient sur l'air avec le compte rendu que Lindbergh était passé au-dessus de sa tête en route pour l'aéroport du Bourget. Jim est très probablement le premier Américain de ce côté de l'Atlantique à savoir que Lindbergh avait réussi.

Ce 22 mai 1927, le monde entier est pendu aux nouvelles de Lindbergh. Il a 25 ans, beau comme un dieu, et il est parti, seul, de New-York - Roosevelt field - le 20 mai à 7h52 heure locale. On est sans nouvelle de lui depuis 33 heures. Plus de 200.000 personnes l'attendent déjà au Bourget. Et dans la nuit, vers 2 heures du matin en France, un radioamateur français 8AKL entend au-dessus de sa maison un petit avion pendant un contact avec un OM américain 1ATG. Il s'arrête de transmettre car il pense à Lindbergh et tout le monde pense à Lindbergh, il sort de chez lui, voit l'avion et rentre précipitamment annoncer la bonne nouvelle à son collègue.

On peut imaginer la joie des deux côtés de l'Atlantique. Du côté français 8AKL sait très bien que toute l'Amérique attend le soulagement et du côté américain 1ATG est fier de l'exploit. Le 8 mai, soit deux semaines avant, Charles Nungesser et François Coli avaient péri à bord de l'Oiseau blanc dans une tentative de traversée sans escale en sens inverse de Paris à New-York. Vite 8AKL griffonne une QSL certifiant la communication pour l'histoire, qu'il envoie le plus vite possible à 1ATG. 1ATG la reçoit et la garde précieusement. Cette QSL a bravé l'épreuve du temps et existe encore dans les archives de famille.

Ayant eu le déclic concernant les deux événements par site web interposé, je prends contact avec W4RNL. Cela fait plusieurs années qu'il voudrait en savoir un peu plus sur ce 8AKL. Un nom peut-être ? Une adresse, que sait-il ? Et voila que je lui indique par hasard une photo où il voit enfin qui est ce 8AKL, 79 ans après le contact radio. C'est l'OM accroupi au premier rang tout à gauche sur la photo. Il est ému en souvenir de son père, décédé en 2002 à 96 ans et encore radioamateur actif jusqu'à son dernier souffle.

Nous échangeons alors quelques messages où il me demande si je pourrais lui trouver d'autres informations au REF-union sur 8AKL, et m'envoie un scan de la fameuse QSL envoyée à son père, et une photo de son père mais assez récente. Malheureusement je ne suis jamais parvenu à trouver un OM qui se souvienne de 8AKL. Probablement parce qu'en 1927 l'activité de radioamateur était encore fort réglementée, sinon réservée à titre privé à des militaires ou notables fiables. La radio était encore un outil potentiel d'espionnage. Il est très vraisemblable que 8AKL n'était donc pas un indicatif officiel et qu'il n'a pas pratiqué très longtemps.

Mais je ne vous fais pas languir plus longtemps et voici une copie de la QSL. Il suffit de cliquer dessus pour la voir en haute résolution dans une nouvelle page.

La fameuse QSL de 8AKL confirmant son contact avec 1ATG lors du passage de Charles Lindbergh au-dessus de sa station. Source: L.B. Cebik W4RNL - SK.


Que peut-on dire au sujet de cette carte QSL ?

La QSL certifie indiscutablement le QSO et l'événement.

TNX fur qso om - gld to Kan give u news fm Lindbergh just wen is coming to Paris - pse qsl 73's. Signature illisible.

Sur le plan matériel pas grand chose. L.B. Cebik m'avait scanné la QSL sans la retirer de sa protection en plastique. On voit donc sur les bords supérieurs et inférieur des reflets de la lampe du scanner. Je n'ai jamais eu le temps de lui demander une autre copie.

Sur le plan des usages, on voit qu'à l'époque l'accent est mis sur la partie personnelle de l'indicatif, la lettre identifiant le pays d'origine est présente mais de taille réduite. Selon le site du REF-union, les indicatifs français auraient du commencer par EF depuis janvier 1927. Sans doute 8AKL a-t-il voulu écouler son stock de QSL ancienne nomenclature. Notez que cette nomenclature, aujourd'hui désuette depuis les années trente, subsiste encore au moins pour un usage: certains codes OACI désignant des aérodromes et aéroports sont encore en activité. Par exemple en Belgique EBBR pour Bruxelles, EBLG pour Liège, EBNM pour Namur, etc. Quelques autres pays européens les ont aussi conservés: la Pologne, la Grande Bretagne, le Danemark, l'Allemagne.

L'adresse n'est pas indiquée, ce qui semble confirmer que l'indicatif de l'OM n'était pas reconnu officiellement et qu'il préférait l'anonymat du Journal des émetteurs. L'heure est indiquée en TMG ou temps du méridien de Greenwich. La fréquence n'est pas donnée car on lui préfère la longueur d'onde: lambda 42 [m]. Notez qu'il y a un espace QSS qui devrait signifier 'fréquence que vous aller utiliser' mais qui est rempli étrangement d'un NO bien senti. Les codes ont-ils évolués depuis lors ? Même observation au sujet de l'espace QRH nanti de la valeur 44 alors que cela devrait signaler que la fréquence gigote. Pour le reste l'habitude des abréviations CW était déjà prise dans les écrits, normal c'est fait pour.

Sur le plan technique, 8AKL utilise en réception un montage Bourne OV1 (0 lampe en HF, une détectrice et 1 lampe BF). L'antenne de réception est un collecteur d'ondes de 30m (filaire) à 18m de haut. Heureuse époque ! En émission c'est un montage Mesny et l'antenne est une Hertz (filaire alimentée au 1/3) de 30m de long. Le courant d'antenne est sans doute de 0,33 A, la tension d'alimentation de 1.000 V et la puissance de 60W, ce qui n'est pas rien pour l'époque.


Et maintenant au sujet de W4RNL et les antennes ?

J'avais une dette morale envers ce sympathique OM qui m'a appris beaucoup de choses dans le domaine des antennes. J'ai donc rédigé ce billet dans le sens de ne pas perdre ces anecdotes qui le concernent. Il m'a appris à me servir de logiciels de simulation d'antenne et d'en connaître les limites, il a donné à toute la classe des radioamateurs du monde entier des informations claires qui sont préservées et accessibles sur son site www.cebik.com moyennant une inscription gratuite. L.B. Cebik était professeur de philosophie à la retraite et un radioamateur hors pair.

L'année 2002 fut mauvaise pour lui. Il perd son épouse atteinte d'un cancer, et il ne s'en remettra jamais. Son père Jim décède le 27 juin 2002 à l'âge de 96 ans. Il avait été ingénieur mécanicien spécialisé dans les très grosses machines-outils dont il conçut les commandes électroniques. Comme radioamateur il eut plusieurs indicatifs dont 1ATG, W1BCD, W1BUK, et KA1TXF. Il expérimenta de nombreux circuits et antennes donnant par la même occasion le gout du radioamateurisme et des antennes à son fils.

Retour page d'accueil ...